Hygiène féminine

Hygiène féminine: L’intime version écologique

Biocoop s'engage pour une hygiène intime qui n’a rien à cacher !

Respect du cycle, respect du corps de la femme

Vous optez déjà pour une alimentation sans produits chimiques de synthèse ? Qu’en est-il des produits utilisés pour votre intimité ?

Le cycle féminin c’est en moyenne 5 jours par mois pendant 40 ans, soit 2 400 jours.
 Une femme utilise ainsi au cours de sa vie entre 10 000 et 20 000 protections périodiques.
Autant d’occasions pour l’organisme d’absorber pesticides, chlore, aluminium et autres substances nocives.

 

Les règles, rien de plus naturel !

Non ce n’est pas sale, ni bizarre… !

La culture du jetable et de l'aseptisation a entraîné un dégoût du sang menstruel et parfois une méconnaissance de son corps.
Les cycles rappellent la spécificité du corps féminin et doivent être une bonne occasion de prendre soin de soi.

 

Prendre soin de son intimité tout en préservant la planète.
C’est désormais à la portée de toutes grâce à des solutions qui allient protection et praticité : tampons et serviettes en coton bio, coupe menstruelle, gels de toilette intime certifiés bio…
Des alternatives efficaces et écologiques aux protections conventionnelles.

Haro sur les substances toxiques !

Apparus dès le début du XXème siècle, les produits conventionnels nous ont offert leur praticité. Mais sont-ils vraiment dignes de confiance, tant pour notre santé que pour l’environnement ?

 

Côté santé :

Des protections périodiques qui contiennent des substances toxiques et une paroi vaginale extrêmement absorbante : un cocktail favorisant le risque d’infections et de démangeaisons.

 

Des composants à risque dans les serviettes et tampons conventionnels :

  • du plastique et autres matières premières d’origine pétrochimique (viscose, polyester, polypropylène, polyéthylène ou encore polyoléfine).
    Ces composants chimiques, qui peuvent provoquer une prolifération bactérienne, ont été ajoutés afin d’améliorer leur pouvoir absorbant.
  • de la dioxine, un polluant organique persistant qui apparaît lors du processus de blanchiment au chlore.
    A long terme, la dioxine peut avoir des conséquences sur la santé et plus particulièrement sur le système hormonal et immunitaire.
  • des résidus d’insecticides et de pesticides (notamment organo-chlorés) dus à la contamination du coton et considérés comme des perturbateurs endocriniens, voire cancérogènes.
  • de l’aluminium, de l’alcool, des colorants et parfums de synthèse irritants et potentiellement allergisants.
  • des fibres artificielles très absorbantes et abrasives (dans les tampons) pouvant provoquer le syndrome du choc toxique1.

1Le syndrome du choc toxique est une infection rare causée par des souches de staphylocoques dorés pouvant provoquer des caillots dans les membres et les organes vitaux.

  

Côté environnement :

La fabrication des protections hygiéniques conventionnelles utilise du coton conventionnel dont la culture nécessite pesticides, herbicides (glyphosate) voire OGM.

 

Qu’en est-il de nos déchets ?

Ces protections font l’objet d’une surenchère d’emballages (boîtes, sachets individuels, applicateurs…) qui ne sont généralement pas recyclés et peuvent mettre jusqu’à cinq siècles pour se dégrader (autant qu’une bouteille en plastique)…
L’environnement trinque aussi!

Composition des produits : aucune obligation réglementaire

Les fabricants de protections conventionnelles ne sont pas tenus par la réglementation européenne de diffuser, notamment sur les produits, une information complète sur leur composition (liste des constituants, précautions d'usage, risques encourus…).

Une situation aberrante : contrairement aux cosmétiques ou aux dispositifs médicaux, les protections périodiques ne bénéficient d’aucun statut réglementaire.
Elles sont considérées comme de simples articles d'hygiène, alors même qu’elles sont en contact avec des zones particulièrement sensibles et perméables.

 

Oui aux produits naturels et bio !

Les protections périodiques écologiques chez Biocoop

  • Des produits en coton bio
  • Non blanchis au chlore
  • Sans parfum, sans additif
  • Sans matière plastique en contact avec la peau
  • De la pulpe de bois, issue de forêts gérées durablement, parfois utilisée pour le cœur absorbant des serviettes et des protège-slips.

Ces protections respectent la flore vaginale et l’environnement car elles sont entre 95% et 100% biodégradables et compostables. Les emballages sont en carton, en papier ou en plastique bio-sourcé, ce qui réduit leur empreinte écologique.

Deux marques sont référencées chez Biocoop : Natracare et Silvercare. Les tampons (avec et sans applicateur) sont 100% coton bio et les serviettes et protège-slips en 100% coton bio pour Silvercare et en coton bio et pulpe de cellulose pour Natracare.
Le processus de blanchiment est naturel (par oxygène).

 

Autre alternative, les serviettes et protège-slips réutilisables. En coton bio, elles disposent d’une membrane absorbante et d’une face imperméable mais respirante pour éviter la prolifération bactérienne.

 

La bio c’est bon pour la faune… et votre flore !

Quid de la post-maternité ?

L’intimité peut être fragilisée après l’accouchement.
Des flux importants, appelés lochies apparaissent et sont le signe d’une reconstruction des tissus.
Ces pertes (tout à fait naturelles !) peuvent durer jusqu’à 6 semaines (ou moins en cas d’allaitement).
Elles diminuent dès le 10ème jour post-accouchement et changent peu à peu de couleur. 

Pendant cette période, faites le choix de serviettes hygiéniques de maternité 100% coton bio !
Ces protections sont hypoallergéniques et sans parfum afin d’éviter les irritations, les infections ou les allergies.
Produites à base de coton bio certifié GOTS, ces serviettes sont spécialement conçues pour offrir une protection sûre et confortable pour les premiers jours post-accouchement.

Les + Biocoop !

Biocoop recherche des produits préservant la santé et ayant le plus faible impact possible sur l’environnement… mais privilégie également des fournisseurs ou filières transparents et équitables !

 

Biocoop propose des produits cosmétiques naturels et biologiques basés sur des cahiers des charges exigeants parmi les labels suivants :

Pour le coton, utilisé comme composant ou produit final, il doit être certifié biologique et sa transformation doit répondre au standard GOTS1 ou équivalent.

Des prix en baisse

La mobilisation citoyenne a payé !

Depuis le 1er janvier 2016, la TVA est passée de 20% à 5,5% sur les protections périodiques (tampons, serviettes, protège-slips et coupe menstruelle), enfin considérées comme des produits de première nécessité ! Le résultat d’une mobilisation en partie portée par le collectif citoyen Georgette Sand.2 Une baisse de TVA répercutée sur les prix en magasins.

1GOTS : Global Organic Textile Standard

2www.georgettesand.org

Et si vous passiez à la cup ?

La coupe menstruelle se présente sous la forme d’une coupe en silicone médical qui se positionne à l’entrée du vagin afin de récupérer le flux.

Quels avantages ?

  • Fiable et sûre :
    La coupe menstruelle n’absorbe pas le sang mais le recueille. Elle ne contient pas de produits chimiques et de matières potentiellement cancérigènes ou allergènes ni de perturbateurs endocriniens.
  • Pratique et confortable :
    La coupe ne provoque aucune sensation de gène ni d’irritations des parois du vagin. Discrète, elle permet une protection optimale entre 8h et 12h (en fonction de votre flux) même après une séance intensive de sport ou une bonne nuit de sommeil !
  • Economique…
    Puisqu’une coupe, dont le prix est de 25€ en moyenne, a une durée de vie pouvant aller jusqu’à 10 ans.
  • … Et écologique ! A raison d’une coupe tous les 10 ans, une femme n’en utilisera que 4 à 8 selon ses besoins, ce qui induit beaucoup moins de déchets que les protections conventionnelles.

 

La tester, c’est l’adopter !

Comment l’utiliser ?

Pas de panique, la coupe menstruelle est facile d’utilisation après quelques jours d’entraînement !

  1. Après avoir été aplatie, elle se plie avant de venir se placer à l’entrée du vagin (effectuer quelques rotations si besoin pour bien la positionner).
  2. Elle se retire à la main grâce à une languette : pincer légèrement la base pour annuler l’effet ventouse !
    La coupe doit être vidée et rincée 2 à 3 fois par jour (au moment le plus propice) et stérilisée entre chaque cycle.
    Il suffit alors de la plonger quelques minutes dans l’eau bouillante !
  3. En déplacement ? Prévoir une bouteille d’eau pour la rincer en toute discrétion. 

Et chez Biocoop ?

Retrouvez en magasin la coupe ‘Lunacopine’ 100% silicone médical, sans agent blanchissant ni parfum.
La version transparente référencée permet d’éviter les colorants inutiles.
Elle existe en 2 tailles : S pour les règles peu abondantes et les adolescentes et M pour les règles plus abondantes et les femmes ayant accouché par voie naturelle.

Aplatir

Plier  

Insérer

Quelques conseils pour protéger sa flore intime

  • Diminuer les risques d’irritations, de réactions allergiques et de mycoses ? C’est possible !
  • Préférer des sous-vêtements en coton et éviter les matières synthétiques
  • Choisir des protections périodiques en matières naturelles et renouvelables ou utiliser une coupe menstruelle
  • Privilégier des nettoyants d’hygiène intime certifiés bio et adaptés à votre flore (si besoin)
  • Utiliser une lessive certifiée détergence écologique
  • Adopter une alimentation équilibrée sans excès de sucre, produits laitiers, protéines ou céréales raffinées

 

Des gels lavants pour préserver l‘équilibre intime et l'environnement 

Chez Biocoop, les gels d’hygiène intime sont :

  • Certifiés cosmétique bio
  • Sans tensio-actifs potentiellement irritants (cf encadré)
  • Sans parfum artificiel
  • Avec des pH adaptés à la flore vaginale : pH légèrement acide pour une utilisation quotidienne et pH basique pour la toilette intime en période d’irritation.

Pour votre confort, la douche vaginale est déconseillée car elle provoque un déséquilibre de la flore bactérienne. Le corps élimine de lui-même les mauvaises bactéries et laisse se développer les bonnes.

Dépliant Hygiène Intime 

 

Suppression des « ALS » et « SLS » chez Biocoop !

Les gels d’hygiène intime sont garantis sans tensio-actifs potentiellement irritants ou allergisants (Ammonium Lauryl Sulfate et Sodium Lauryl Sulfate).

Biocoop interdit ces composants dans tous les produits d’hygiène corporelle présents en magasin et a incité ses fournisseurs à trouver des alternatives respectueuses de la peau et de l’environnement !