Les miels sélectionnés par Biocoop

Des abeilles libres comme l'air... et pourtant, du miel certifié bio !

Si le miel est couramment reconnu comme un produit naturel, sa certification en bio, elle, est bien loin d’être facile !

Car la particularité des apiculteurs bio est de suivre un cahier des charges européen, sans doute le plus drastique de toute la production bio.

Un miel bio, c’est :

  • des ruches entourées de cultures biologiques ou sauvages sur un rayon de 3 km
  • des zones de butinage éloignées des sources de pollution : villes, autoroutes, zones industrielles, décharges…
  • des ruches en matériaux non traités, sans peintures ni vernis synthétiques 
  • des cadres en cire biologique à l’intérieur des ruches
  • des abeilles nourries de leur miel essentiellement et soignées à l’homéopathie ou à la phytothérapie
  • des traitements naturels exclusivement
  • une récolte excluant l’emploi de répulsifs chimiques
  • une extraction à froid et pas de chauffage

Le saviez vous ?

Les miels de colza et de tournesol bio sont rares car il est difficile de trouver ces cultures en bio sur un rayon de 3 km !

Le "nectar" des miels, sélectionné pour vous !

Chez Biocoop, tous les miels sont certifiés biologiques et sélectionnés :

  • en priorité d’origine française. Chez Biocoop, pas de miels de Chine !
    Biocoop privilégie le miel des apiculteurs de France, ou des pays limitrophes pour certaines essences.
    Les emballages précisent d’ailleurs la zone de butinage.
  • récoltés à froid, non chauffés, non mélangés.
    Biocoop utilise un indice de qualité du miel : le taux HMF (Hydroxyméthylfurfural, une molécule issue de la déshydratation des sucres).
    Un taux bas garantit des miels non chauffés et issus d’une récolte fraîche.
  • sans OGM.
    Biocoop demande aux fournisseurs de pollen de garantir l’absence d’OGM.

Alerte aux pesticides !

Abeilles et apiculteurs sont en danger. Depuis quelques années, la population d'abeilles est en très forte diminution, notamment en raison des pesticides utilisés en agriculture intensive.

En effet, en butinant le nectar des fleurs, les abeilles sont les premières intoxiquées par ces produits chimiques.

Or sans abeilles, pas de pollinisation, donc pas de biodiversité.

Et les autres produits de la ruche ?

Le pollen

Récolté sur les fleurs, le pollen est mélangé à un liant composé de nectar et de salive.

C’est la nourriture de base des larves de la ruche.

Composition : très forte teneur en protéines et acides aminés libres (20%), présence de la plupart des sels minéraux (sélénium, potassium, magnésium…) et des vitamines.

Utilisation : souvent utilisé en cure pour combattre l’anémie (tel quel ou mélangé à du miel, de la compote…).

La propolis

Cette substance résineuse, brune et très odorante, est récoltée par les abeilles sur les bourgeons et l’écorce des arbres.

Elles l’utilisent comme ciment pour protéger la ruche.

Les apiculteurs la ramassent en raclant les cadres qui en sont couverts.

Composition : cire (30%), substances résineuses, baume, huiles essentielles et pollen.

Utilisation : excellent antiseptique aux vertus anesthésiantes et cicatrisantes ; également utilisée en cosmétique.

Disponible en gélules, gommes ou spray.

La gelée royale

C’est l’alimentation exclusive des larves de reines, auxquelles elle confère une longévité exceptionnelle (jusqu’à 6 ans).

La gelée royale, de saveur acide, est secrétée par les glandes salivaires des abeilles nourricières.

Composition : forte teneur en protéines, acides aminés, vitamines B.

Elle contient une substance rare : l’acide hydroxydécénoïque, aux propriétés antibactériennes et antifongiques.

Utilisation : préconisée en cas de fatigue intense, de perte d’appétit et de sénescence.

S’utilise en cure, telle quelle ou mélangée à du miel, et se conserve au frais.

La cire

Fabriquée à partir de glandes situées sur l’abdomen, elle sert de matériau de construction pour la ruche.

Composition : de nature lipidique, la cire renferme hydrocarbures, alcools, pigments…

Utilisation : intervient dans la conception de bougies mais aussi dans la préparation de pommades et de produits de beauté.

Bon pour la santé !

Il est généralement déconseillé de donner du miel à un enfant de moins d’un an.

Depuis des millénaires, le miel est reconnu pour ses nombreuses vertus thérapeutiques.

Avant l’ère des antibiotiques, les médecins l’utilisaient en application locale pour ses vertus cicatrisantes.

L'index glycémique du miel varie en fonction de la plante dont il est issu.

Les miels riches en fructose (comme l’acacia) ont un index glycémique moins élevé que les miels riches en glucose (colza, trèfle) et augmentent moins la glycémie.