Choisir son magasin
0 Panier 00,00€
Biocoop et vous
Nos rayons

LE CODE DU COOMMERCE

Le-code-du-coommerce-desktop Le-code-du-coommerce-desktop

BIOCOOP RÉÉCRIT LE COMMERCE SELON SES CODES

L’IDÉALISME DOIT CHANGER DE CAMP !

"Dans certains milieux économiques, on reproche encore à ceux qui défendent la bio d’être des idéalistes, de doux rêveurs. Mais à y regarder de plus près, il nous semble, bien au contraire, que les idéalistes, ce sont surtout ceux qui croient que l’on peut continuer longtemps à vivre et à consommer comme nous le faisons aujourd’hui.

Une hérésie, à l’heure où notre planète étouffe, où le dérèglement climatique entraîne déjà le chaos dans de nombreuses régions du monde, où un 6e continent de plastique, qui fait 2 fois la taille de la France, continue de s’étendre au cœur de l’océan Pacifique.

Alors, est-ce réellement nous, les idéalistes ?

Chez Biocoop, nous sommes convaincus du contraire... Et nous ne sommes pas les seuls ! De plus en plus de consommateurs nous rejoignent dans notre combat pour une société plus juste, plus éthique et bienveillante. Une société dans laquelle le trop est l’ennemi du bien, où les Hommes reçoivent la juste rétribution de leur travail, où la solidarité est inscrite au fronton des mairies, où ce que nous mangeons ou mettons sur notre peau ne nous condamne pas.

Cette société existe déjà, à une échelle certes encore réduite, mais qui grandit année après année. Son nom ? L’ESS, acronyme d’Économie Sociale et Solidaire. Un 7e continent, où se réinvente chaque jour le code du commerce.

À l’occasion de la quinzaine du commerce, nous avons décidé d’écrire à notre tour ce nouveau code, celui du COommerce, en puisant dans nos propres valeurs ! Et nous invitons tous ceux qui le souhaitent à s’en emparer, à l'expérimenter et à l'enrichir !" Nous le faisons au quotidien, et ça nous réussit plutôt bien !

- Pierrick De Ronne, Président de Biocoop

ART. 1 - PLUS DE COOPÉRATION

« CRÉER DE NOUVELLES FILIÈRES BIO ET ÉQUITABLES »

Pour Biocoop, le Commerce, c’est mettre plus de coopération dans le commerce. Nous aidons les producteurs à créer de nouvelles filières bio et équitables par conviction, pas pour obtenir des avantages financiers.
Ça doit changer !

En France, 10 à 11 milliards d’euros vont à l’agriculture conventionnelle soit près de 70 fois plus que pour l’agriculture bio !

NOTRE CONVICTION : LA FRANCE DOIT RETROUVER SA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

Parce que la demande pour la bio ne cesse de croître, nous devons accélérer sur la création, ainsi que sur la relocalisation de filières bio en France, structurées et sécurisées. En assurant des débouchés pour les producteurs et la diversification de la production, nous répondrons à cette demande qu’il faut satisfaire avec des produits de qualité, issus de productions locales (françaises).

Biocoop s’engage depuis de nombreuses années dans cette dynamique. Notre coopérative cherche notamment à relocaliser en France les matières premières qui viennent de l’étranger (moutarde, cornichons…) ou à relocaliser régionalement ce qui était auparavant un approvisionnement national (ex. : lait de chèvre).

Nous expérimentons également, avec succès, l’adaptation de certaines productions complexes au sein du territoire comme le quinoa, le haricot rouge, la graine de courge en Pays de la Loire ou encore l’orge et le houblon en Bourgogne.

Nous faisons également vivre et prospérer les filières bio au travers de subventions ou d’investissements en faveur des producteurs et des éleveurs.

En 2020, dans le cadre de la prime du commerce équitable Origine France, 1 million d’euros ont été versés par Biocoop pour soutenir des projets collectifs et individuels des groupements de la section agricole.

Aujourd’hui, 87% des fruits et légumes vendus chez Biocoop sont français et plus globalement 80% des sauces tomates bio sont à base de légumes produits dans l’hexagone.

ART. 2 - PLUS DE COOHÉRENCE

« ALLER PLUS LOIN QUE LE LABEL BIO, EN S’ENGAGEANT POUR LE LOCAL ET DE MANIÈRE DURABLE »

Le Coommerce, c’est poursuivre la logique bio tout au long du circuit de distribution : c’est respecter l’environnement, mais aussi privilégier les circuits courts et s’inscrire dans le long terme.

NOS CONVICTIONS :

1 LA BIO DOIT ÊTRE PLUS BIO QUE BIO

Se limiter aux règles agricoles du label bio, c’est occulter l’esprit même de la bio. C’est pourquoi, chez Biocoop, nous allons bien au-delà, en prenant en compte non seulement l’aspect environnemental, mais aussi social de la bio !

Nos engagements sont forts et immuables, avec des produits 100 % bio, 100 % de saison, sans OGM, sans transport par avion. Et, chez Biocoop inutile de chercher des tomates en hiver : le respect de la saisonnalité, c’est sacré !

De plus, nous n’avons pas peur des renoncements. Nous avons ainsi supprimé les bouteilles d’eau plastique dès 2017, pourtant l’une de nos références les plus vendues. Et bien sûr, nous refusons les pratiques sociales délétères, telles que l’emploi de travailleurs détachés dans les exploitations partenaires.

Nous interdisons également tous les ingrédients à risques de type dérivés de soja, de colza, de maïs, de lécithine ou d’émulsifiants, ainsi que tous ceux provenant des continents américains ou chinois. Enfin, nous agissons pour limiter les AUT (Aliment Ultra Transformé) dans nos produits.

2 FAIRE PRIMER LE LOCAL DANS TOUTES LES DÉCISIONS

Le circuit court est une formidable opportunité de redynamiser l’économie locale en achetant aux producteurs de la région des produits bio de saison, tout en réduisant considérablement le transport polluant. Notre objectif est de pérenniser la vie de nos fermes et de nos campagnes !

C’est pourquoi, dans notre charte, nous donnons la priorité au marché local pour limiter nos émissions de CO2, mais surtout développer une agriculture bio avec des exploitations petites et moyennes à taille humaine. Ces choix impactent directement la création de milliers d’emplois de qualité dans nos régions tout en redonnant un véritable poids aux producteurs dans leurs échanges et négociations.

Nous planifions et contractualisons également avec des groupements de producteurs bio pour organiser et sécuriser leurs productions. Enfin, chaque magasin possède une aura locale, qui rayonne sur des aspects économiques, sociaux, environnementaux et humains de son territoire.

80% des produits Biocoop sont Origine France, 25% sont issus du commerce équitable, quand 15% sont produits localement, à moins de 150 km de nos magasins. 

Les produits locaux représentaient en moyenne 13% de notre offre en 2019 contre désormais 15%.

3 ÊTRE ÉQUITABLE PARTOUT, MÊME EN FRANCE 

Il existe aujourd’hui des labels équitables pour soutenir les agriculteurs de l’autre côté de la planète. C’est une bonne chose. Mais pourquoi ne le faisons-nous pas avec nos propres agriculteurs, qui eux aussi sont parfois en difficulté ?

Impliquée dans le développement du commerce équitable en France, Biocoop a décidé d’agir dans ce sens. Notre coopérative est ainsi à l’origine, avec 4 000 producteurs, 26 entreprises de la Bio et la SCOP Ethiquable, de la création du label « Bio Équitable en France ».

Celui-ci prône un modèle agricole soutenable pour les agriculteurs comme pour la planète et certifie que les produits labélisés sont issus de fermes 100 % bio, dont la production est conduite dans le respect de pratiques agroécologiques. Le référentiel du label porte également des valeurs coopératives et démocratiques, garantissant une juste rémunération des producteurs qui fixent eux-mêmes le prix de vente de leurs produits.

ART. 3 - PLUS DE COONFIANCE

« DONNER LE POUVOIR DE DÉCISION AUX PAYSANS »

Faire du Coommerce, c’est coconstruire un modèle de société avec toutes les parties prenantes. Voilà pourquoi depuis toujours, chez Biocoop, les paysans sont associés de la coopérative.

NOTRE CONVICTION : IL FAUT REDONNER UN VRAI POUVOIR AU PAYSAN

Chez Biocoop, c’est ce que nous faisons depuis notre création. Depuis 2006, nos groupements de paysans siègent au conseil d’administration de la coopérative. Ils prennent part aux décisions stratégiques au même titre que les magasins, les associations de consommateurs et les sociétaires salariés pour proposer le meilleur de la bio paysanne.

Pour réaffirmer ce lien à la terre, nous avons lancé il y a deux ans, en même temps que notre marque Biocoop, l’initiative « Avec nos paysan.ne.s associé.e.s ». Celle-ci s’inscrit dans la continuité de notre démarche « Ensemble pour plus de sens », qui s’est développée avec notre première filiale autour du lait et s’est ensuite étendue aux autres. Elle rassemble aujourd’hui nos 19 groupements de paysans, soit 3 200 fermes 100 % bio et 4 filières de production : fruits et légumes bio, céréales et protéagineux, lait, produits laitiers et viande.

Nos paysan.ne.s associé.e.s sont des femmes et des hommes engagés, déterminés à développer l’agriculture paysanne française sans OGM ni pesticide chimique de synthèse, dans des conditions équitables et coconstruites. En achetant ces produits, le consommateur encourage un processus vertueux de défense de l’agriculture biologique paysanne française.

70 % de produits de marque Biocoop affichent aujourd’hui le logo « Avec nos paysan.ne.s associé.e.s », qui garantit qu’au moins 50% des ingrédients sont issus de l’un des 19 groupements de la coopérative.

 ART. 4 - PLUS DE COOLLECTIF

« DÉCIDER AVEC TOUS LES ACTEURS : PRODUCTEURS, CONSOMMATEURS, MAGASINS ET SALARIÉS »

Le coommerce, c’est penser les échanges ensemble pour que chacun en sorte plus grand. C’est pour cela que notre coopérative regroupe producteurs, consommateurs, magasins et salariés au même niveau.

NOTRE CONVICTION : LE MODÈLE DE LA COOPÉRATIVE REPRÉSENTE L’AVENIR

Chez Biocoop, nous avons fait le choix de la coopérative il y a 30 ans. Depuis, nous mettons un point d’honneur à défendre cette logique gagnant-gagnant en ayant mis en place un modèle de gouvernance unique, qui regroupe les consommateurs, les producteurs, les salariés et nos 700 magasins.

Nous sommes actuellement la seule coopérative en Europe à inclure dans son système de gouvernance toutes ses parties prenantes. Notre unique objectif : œuvrer pour une consommation plus responsable et citoyenne.

En discussion permanente avec toutes nos parties prenantes, nous donnons à chacune la possibilité de nourrir le débat. En les réunissant autour d’une même table, nous parvenons à dépasser les intérêts divergents de court terme et à nous unir sur ce qui fait sens et progrès.

Ce modèle de gouvernance nous aide à avoir une vision globale des préoccupations de chacun des maillons de la chaine de valeur pour mieux répartir celle-ci entre tous ses acteurs. Surtout, ils nous aident à prendre de meilleures décisions.

Ainsi, ce sont les représentants des groupements agricoles sociétaires de Biocoop qui siègent au conseil d’administration, qui décident collectivement des niveaux de prix plafond et plancher, basés sur leurs coûts de production réels et sur la pérennité de leurs fermes. Ce dispositif est l'assurance d'une production planifiée, avec des prix lissés qui protègent les producteurs en cas d'aléas.

4 associations de consommateurs sont également représentées au conseil d’administration, qui défendent les intérêts des Français et font remonter leurs attentes. Enfin, tous les salariés en CDI de la coopérative, des magasins et des groupements de producteurs, peuvent également devenir sociétaires de Biocoop.

Biocoop s’efforce d’animer cette communauté, soucieuse de faire émerger des alternatives sociales, écologiques, équitables et durables, dont notre société a tant besoin.

+1000 sociétaires Biocoop, dont : 577 gérants/directeurs de magasin, 475 sociétaires salariés, 4 associations de consommateurs, 19 groupements de producteurs

 ART. 5 - PLUS DE CONSIDERATION

« PRIORISER LES PETITS ACTEURS INDÉPENDANTS PLUTÔT QUE LES GRANDS GROUPES ET LES MULTINATIONALES »

Pour nous, le coommerce, c’est favoriser les acteurs de l’économie réelle, des tissus locaux et nourrir l’emploi en France. C’est pourquoi chez Biocoop, 93 % de nos fournisseurs sont des TPE/PME.
Ça doit changer !

L’agriculture française meurt à petit feu : 100 000 exploitations ferment chaque année dans notre pays.

NOTRE CONVICTION : LA FRANCE DOIT REDEVENIR UNE VÉRITABLE PUISSANCE AGRICOLE

La demande en produit bio n’a jamais été aussi forte. La France doit faire le choix d’une agriculture biologique et paysanne de proximité qui promeut les exploitations à taille humaine, revalorise le travail de nos agriculteurs tout en prenant soin de leur bien-être au travail et de notre environnement.

Depuis 35 ans, Biocoop s’implique financièrement et structurellement dans la création et le développement de groupements de producteurs. Ces derniers redonnent des marges de manœuvre aux agriculteurs bio dans la fixation des prix face à la grande distribution. Ils les aident également à retrouver une qualité de vie, un niveau de salaire décent et une fierté dans leur savoir-faire.

Aujourd’hui, 19 groupements font partie de Biocoop et participent activement aux décisions de la coopérative.

Mais nous devons également aider plus d’agriculteurs à se convertir. Là encore, Biocoop agit. Nous faisons de la conversion au bio une priorité pour l’agriculture de demain. Nous accompagnons cette transition en nous engageant auprès des agriculteurs via notre initiative Co.dé.fi : leur production est subventionnée pendant leur conversion et nous nous engageons à distribuer leurs produits dans nos magasins, dès la 2e année de conversion, avec un étiquetage spécifique. Les paysans sont donc accompagnés et touchent un revenu même pendant leur conversion.

Cette démarche est fondamentale, car le processus de conversion à l’agriculture bio est long (2 ans minimum) et nécessite des investissements importants dans les infrastructures et les approvisionnements. Or, durant cette période, les agriculteurs sont insuffisamment accompagnés par les institutions publiques. On préfère aujourd’hui encore subventionner une agriculture qui n’est plus plébiscitée par les consommateurs alors que la demande en bio explose.

3 200 fermes associées, petites et moyennes réparties dans 19 groupements agricoles

Retour en haut