Viandes

Bandeau viandes
aplat_rubrique_viande

 

 

 

Chez Biocoop, la viande certifiée bio est exclusivement d’origine France.

Les animaux sont nés, élevés, abattus et transformés en France.

De plus, Biocoop travaille avec 4 groupements de producteurs de viande, représentant au total 643 fermes en France.

 

Le commerce équitable "Origine France" chez Biocoop

 

En partenariat avec les groupements de producteurs français, Biocoop a créé des filières équitables fondées sur le respect de critères sociaux et écologiques exigeants.

Objectifs : mieux défendre les intérêts des producteurs, équilibrer les négociations afin de garantir une rémunération juste et équitable pour les producteurs et un prix accessible pour les consommateurs.

C’est aussi une démarche de qualité, avec des critères plus exigeants que le règlement bio européen.

 

Veau

Une viande qui se prête à tous types de préparations, des plus simples aux plus raffinées.

Volaille

Rôti, farci, grillé, poêlé… la volaille se cuisine de multiples façons.

Boeuf

Une viande qui offre une diversité de goûts et de textures, selon le morceau et le mode de cuisson choisis.

viande_de_veau_bio
viande_de_volaille_bio
viande_de_boeuf_bio

Porc

Peu grasse, cette viande s’adapte à tous types de préparation.

agneau

Une viande goûteuse et simple à cuisiner.

 

viande_de_porc_bio
viande_d_agneau_bio

 

 

3 questions à…

 

Mickaël Noquet, responsable du rayon boucherie à Scarabée Rennes et Christophe Le Gall, Président du groupement de producteurs, bouchers et transformateurs Bretagne Viande Bio (BVB) :

 

Biocoop (B.) : Comment se traduit le partenariat entre le groupement de producteurs, Bretagne Viande Bio et Biocoop ?

Christophe Le Gall : "Notre collaboration repose sur le respect du cahier des charges Ensemble de Biocoop. Un document contractuel, qui va plus loin que le règlement bio européen. Entre autres critères, nous privilégions l’autonomie alimentaire dans nos fermes. Cela signifie que l’essentiel de nos fourrages sont réalisés à partir de foin et d’herbe bio produits localement. Une garantie de traçabilité pour le consommateur, soucieux de l’origine et de la qualité des aliments fournis aux animaux – et à travers eux, des produits qu’il consomme. Autres éléments importants : le recours aux médecines douces, comme la phytothérapie et l’homéopathie. Et, la taille limitée des élevages, en comparaison aux grandes exploitations, typiques de l’agriculture conventionnelle".

 

B. : Que répondez-vous aux consommateurs qui trouvent la viande bio (trop) chère ?

 

Mickaël Noquet (M.N.) : "Chez Biocoop, l’élaboration du prix est le fruit d’un travail bipartite, entre Biocoop et les groupements de producteurs partenaires. Il a pour but de garantir une rémunération juste et équitable aux éleveurs – c’est-à-dire rendre compte de la qualité de leur travail –  tout en restant accessible pour les consommateurs. Cela suppose de faire de la pédagogie auprès des clients qui, par méconnaissance ou par habitude, ne diversifient pas assez – ou pas du tout – la viande qu’il consomme. Pour exemple, le bœuf à Bourguignon ou la viande de pot au feu, comme le jarret et la basse-côte, sont des produits parmi les moins chers. Pour la volaille, les prix sont sensiblement les mêmes qu’en GMS. La seule contrainte ? Accepter de passer un peu de temps en cuisine !".

 

B. : Comment sensibilisez-vous les clients à la filière viande Biocoop ?

M.N. : "En collaboration avec notre groupement de producteurs – dans le cas présent, Bretagne Viande Bio – des animations sont organisées en rayon pour expliquer aux clients comment nous sélectionnons notre viande. Un travail de transparence visant à rassurer les consommateurs sur l’origine des produits proposés et le lieu d’implantation de l’exploitation, à moins de 150 km du rayon du magasin. Une opération très appréciée par la clientèle, jamais à court de questions !".

 

En résumé, la viande bio chez Biocoop, c’est :

 

  • Un cahier des charges plus exigeants que le règlement européen
  • Des agriculteurs justement rémunérés
  • Des animaux nés, élevés, abattus et transformés en France
  • Une alimentation animale 100 % bio (sans OGM, ni produits phytosanitaires) pour les viandes de poulet jaune et de ruminants contre 95 % pour le reste de l'offre "viandes bio"
  • Une gestion en autonomie (c'est-à-dire une capacité à produire) des agriculteurs plus importante que celle mentionnée dans le règlement européen
  • Un recours aux médecines douces privilégié pour soigner les animaux
  • Un équilibre des matières : c’est-à-dire la valorisation de l’ensemble des morceaux, et pas uniquement des parties nobles de la viande

 

Pour en savoir plus, consultez nos dépliants "viandes" : agneau, porc, poulet, bœuf et veau