Construction de filières

Développer et construire pour préparer l’avenir

Le marché des produits agricoles biologiques est en pleine croissance. Pour le pourvoir de manière durable, il est donc nécessaire de développer l’existant mais également de faire émerger de nouvelles possibilités.

Pour Biocoop, s’engager dans un travail de structuration et de construction de filières agricoles biologiques, c’est avant tout préparer l’avenir.

  • Dans cette optique Biocoop a choisi de soutenir et d’accompagner les producteurs en conversion. Biocoop achète et distribue, au sein de son réseau, les produits issus de productionsen conversion en informant le consommateur (la mention « produit en conversion» est indiquée clairement sur le produit). Grâce à ces pratiques, Biocoop marque son soutien aux agriculteurs, à une période économique difficile, en leur garantissant ainsi des débouchés et en sécurisant la production à venir.
  • Au travers d’un projet de capital développement intitulé DEFI bio, Biocoop (en sa qualité de partenaire financier) cofinance des projets concrets qui ont tous pour objectif de contribuerà la structuration de filières (achat de matériel, soutien institutionnel, garantie financière).
  • Au travers de la foncière Terre de Liens, Biocoop contribue à faciliter l’accès à la propriété terrienne. La foncière Terre de Liens collecte de l'épargne auprès de citoyens pour acquérir du foncier agricole et le mettre à disposition d'agriculteurs biologiques.
  • Biocoop facilite la logistique et propose la collecte des fruits & légumes pour les plus petits groupements de producteurs.
  • Enfin, c’est au travers de la Section Agricole que Biocoop incite les groupements de producteurs issus d’une même filière ou de filières différentes à se rencontrer et à échanger.
  •  « Ensemble, Solidaires du producteur au consommateur » : la démarche de commerce équitable Nord/nord la plus aboutie de Biocoop.

En ne choisissant de collaborer qu’avec des groupements de producteurs, Biocoop assume sa volonté première de construire plutôt que d’intégrer la production, incitant les producteurs à se structurer entre eux et à organiser eux-mêmes la diversification de leur production.